Accord de jumelage entre la maison George Sand et la maison de Tolstoï à Moscou

27 mai 2016 Institutionnel

Dans le cadre de l’année franco-russe du tourisme culturel 2016-2017, le Centre des monuments nationaux signe un accord de jumelage entre quatre monuments français et quatre monuments russes, dont un jumelage entre la maison George Sand de Nohant et la maison de Tolstoï à Moscou.

  

Maison de Tolstoï

 

Signés le 27 mai 2016 par Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, avec les quatre directeurs des institutions gérant les quatre monuments russes, ces jumelages marquent symboliquement les liens qui unissent la France et la Russie à travers huit monuments représentatifs de leurs patrimoines.
C’est la première fois que le Centre des monuments nationaux conclut des jumelages de ce type.
Dans le cadre de ces jumelages, le Centre des monuments nationaux (CMN) s’engage à développer la collaboration entre ces divers monuments par des activités variées dans la promotion réciproque de leurs sites en Russie et en France, à des fins de connaissance scientifique et de développement du tourisme, d’échanges de bonnes pratiques et de montage de projets culturels partagés. D’ores et déjà, des échanges d’expositions photographiques sont prévus pour les prochains mois.
Les monuments participant à ces jumelages ont été choisis en fonction de leurs caractères communs. D’autres jumelages pourront être envisagés dans l’avenir en fonction des résultats de cette première vague.
Le CMN remercie l’Ambassade de France en Russie et l’Institut Français, ainsi qu’Atout France, qui ont contribué à la conclusion de ces jumelages.

La maison de George Sand

 
Posée « au bord de la place champêtre sans plus de faste qu'une habitation villageoise » : ainsi George Sand évoque-t-elle sa demeure de Nohant, située au fond d'une cour entourée de dépendances. Construit à la fin du XVIIIème siècle pour le gouverneur de Vierzon, ce petit château fut acquis en 1793 par Mme Dupin de Francueil, grand-mère de George Sand, qui l'entoura d'un vaste parc.
C'est dans ce cadre que se déroulèrent l'enfance et l'adolescence de la petite Aurore Dupin. Devenue plus tard une auteure majeure du XIXème siècle, elle y écrivit la majeure partie de son oeuvre et y reçut nombre d'hôtes illustres : Liszt et Marie d'Agoult, Balzac, Chopin, Flaubert, Delacroix qui y eut son atelier... L'intérieur de la maison a conservé le décor que l'écrivain connut jusqu'à sa mort : salle à manger, chambre bleue, petit théâtre et théâtre de marionnettes.

La maison de Tolstoï

 La maison principale date des années 1800-1805. Cette demeure en bois est entourée de plusieurs maisonnettes à usage de communs et d'un jardin d'un hectare avec une petite gloriette. L'intérieur est meublé des meubles, objets d'art et tableaux de la famille Tolstoï dans l'ambiance qui était celle des années 1893-1895. Il y a de grands tableaux de famille dans les pièces de réception de l'étage avec un piano à queue. Le bureau de travail de Tolstoï avec son fauteuil en cuir, et la bibliothèque, contiennent des milliers de livres édités dans les principales langues européennes que maîtrisait l'écrivain.

Tolstoï achète cette maison en juillet 1882. L'écrivain agrandit la maison, faisant construire trois pièces au premier étage et un escalier d'honneur par l'architecte Nikiforov.
Il y passa neuf hivers avec sa famille, de 1882 à 1901. C'est ici que naît en 1884 sa fille Alexandra, que meurt son fils Alexis en 1886, et que naît le dernier fils Tolstoï, Vania, en 1888. Il y a écrit plus d'une centaine d'oeuvres dont La Mort d'Ivan Ilitch, La Sonate à Kreutzer, son roman Résurrection et ses pièces Le Pouvoir des ténèbres et Les Fruits de la science, ou encore sa nouvelle Le Cadavre vivant.
Il y écrit sa dernière oeuvre Réponse au Saint-Synode, le 5 avril 1901. Comme tous les ans, le comte Tolstoï part au mois de mai pour sa propriété de Iasnaïa Poliana passer ses quartiers d'été, mais il tombe malade à l'automne et part se soigner en Crimée où il demeure jusqu'au milieu de l'été 1902. Retournant ensuite à Iasnaïa Poliana, il y reste jusqu'à la fin de sa vie et ne passe plus les hivers à Moscou.
La dernière fois que Léon Tolstoï s'y arrête, c'est en 1909 sur le chemin de Iasnaïa Poliana à Kriokchino pour rendre visite à son ami Vladimir Tchertkov, éditeur et rédacteur de ses oeuvres de la fin de sa vie.
La maison est acquise par la ville de Moscou en 1913. Dans la tourmente des années révolutionnaires, la comtesse Tolstoï tente de sauver les archives et les meubles de la maison familiale et d'en faire un musée. Le musée a été fondé en 1920, quelques mois après sa mort.
 

Découvrez le site de la maison de Tolstoï à Moscou !